Accueil
Rue du Bois, 6 septembre 2014 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Administrateur   
Dimanche, 07 Septembre 2014 10:25

Avec l'ami Jean-François Hubert, votre serviteur a visité la ruelle menant du Tierne Carion à hauteur de la pharmacie, jusque la Rue du Bois, à proximité de l'école Saint-François.

Lorsqu'elle est praticable, et pour l'instant ce n'est pas le cas, cette ruelle économise aux enfants se rendant ou revenant de l'école un long détour.

Cette première partie ne pose aucune difficulté particulière :

 

Nous sommes à l'ancien passage des trams, sorte de petit pallier avant d'entamer la seconde partie de la ruelle.

 

... qui, elle, pose problème :

 

A tel point que Jean-François semble se demander si on doit s'y engager :

 

Nous partons explorer cette seconde partie (vidéo) :

Araignées en vue

 

Et là nous découvrons que le passage n'a pas été emprunté depuis un certain temps, et que les araignées se sont rendues maîtresses de la place.

Ce n'est qu'après avoir éliminé quelques toiles obstruant le passage, provocant ainsi la fuite des prédateurs à huit pattes, que nous avons rejoint la rue du Bois.

 

Revenons un instant à l'ancien passage du tram, dont la seule chose que l'on puisse en dire est que son manque d'entretien attire les dépôt sauvages, comme le dit Jean-François « La crasse attire la crasse. »

 

Au bas du mur de l'école Saint-François, à même le trottoir, on trouve un compteur de gaz, certe protégé des intempéries, mais que se passerait-il si une voiture folle venait le percuter ?

Nous interrogerons ORES à ce sujet.

Voici l'objet de nos craintes :


 

Quelques mètres plus loin, nous croisons ce signal, dont nous ignorons s'il est encore fonctionnel :

 

Roger Harmand, porte-parole d'ACDC-Colfontaine.

Mise à jour le Dimanche, 07 Septembre 2014 13:48
 
L'arrêt de la peur au Berchon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Administrateur   
Mardi, 02 Septembre 2014 17:16

Messieurs Culem et D'antonio, Je n'ai qu'une chose à vous dire : je souhaite que vous n'ayez jamais à connaître la peine d'avoir une personne quelconque de vôtre entourage, voire vous-même qui soit blessé (ou pire), parce que des personnes aussi négligentes et laxistes que vous auront laissé se détériorer une situation qu'un peu d'huile de coude aurait suffit à éviter.

De quoi parlons-nous ? De l'arrêt de bus au Berchon.

Nous avons déjà dénoncé la situation dangereuse de cet arrêt de bus, situé en plein virage.

Mais que dire, lorsque par manque d'entretien, cet endroit est littéralement envahi par les mauvaises herbes, et que les usagers des bus (enfants et adultes) doivent attendre leur transport sur la route, faute de pouvoir le faire sur le trottoir ?

Et en cas d'accident, quid de votre responsabilité juridique ? Nous ne pouvons qu'espèrer que vous avez une bonne assurance en cas de malheur, que nous appellons de tous nos voeux à ne jamais survenir.

Votre laxisme vous pousse à laisser les ouvriers communaux se tourner les pouces, comme nous avons encore pû le constater ce jour, plutôt que les envoyer nettoyer cet endroit, préférant ainsi assumer les conséquences d'un drame éventuel.

Cet arrêt mérite décidément son surnon d'Arrêt de la Peur.

Nous ne pouvons que déplorer votre jean-foutisme, qui pour seule réponse à nos différents courriels que vous a adressé Jean-François Hubert, n'oppose que le doux murmure du vent. Ayez le courage de vos opinions, vous vous dites socialistes, agissez !

Mise à jour, 4 septembre 2014

Courant de la journée, le nettoyage de cet arrêt de bus, connu sous le nom de « Touvent » a débuté.

Nous attendrons bien évidement que le travail soit terminé avant de nous réjouir. Non de ce que nos revendications aient été rencontrées, mais bien de la sécurité retrouvée pour les usagers de cet arrêt de bus exposé à tous vents (au fait les TEC, un abri serait trop vous demander ?), particulièrement pour les enfants.

Mise à jour, 2 septembre 2014

Jean-François Hubert m'informe avoir reçu une réponse de Monsieur Culem, dont je n'ai pas encore eu le plaisir de prendre connaissance. Qu'il en soit remercié.

Nous attendons maintenant la réponse de Monsieur le Bourgmestre, dont nous ne doutons pas qu'il se calque sur Monsieur le Directeur Général, et nous donne sous peu le plaisir de le lire.

Roger Harmand, porte-parole d'ACDC-Colfontaine.

Mise à jour le Jeudi, 04 Septembre 2014 18:03
 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 8 sur 22
Distributed by Gelono Templates