Accueil
Marcasse, 13 septembre 2014 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Administrateur   
Mercredi, 17 Septembre 2014 21:45

Avec Nélo et Jean-François Hubert, votre serviteur a rendu visite à une vieille dame, Marcasse, qui a connu un terrible drame : le 13 janvier 1953, au soir, un coup de grisou retentit. 24 mineurs ne se reléveront pas.

 

A la mémoire de ces 24 hommes et leurs familles, je dédie notre vidéo, si modeste fût-elle face à l'immensité de leur malheur.

 

Nélo réside en face des anciens bâtiments de ce qui fût autrefois une mine.

A l'arrière de son habitation, nous entrons dans la « Réserve naturelle de Marcasse et alentours », comme nous l'indique ce panneau.



Ce qui semble être un petit cours d'eau n'en est pas un. Il s'agit de la sortie d'un égout allant jusqu'au niveau du magasin BBMV, un assez joli parcours.


Bien que l'on puisse amener du matériel d'entretien par les champs qui bordent cet écoulement, comme vous pouvez le constater

... ce dernier n'a plus été draîné depuis 40 longues années.


Un arbre est même tombé en travers du sentier, sa tête reposant dans le lit de l'écoulement, qu'il obstrue bien évidemment ...


 

... tout comme des pierres qui forment des obstacles ralentissant le trajet des eaux.


 

De plus, les végétaux morts ajoutent à cet encombrement de l'égout, dont voici la sortie :


 

Revenons maintenant sur le devant de la maison de Nélo.

Nous découvrons que lorsque la commune vient entretenir, elle laisse ses détritus sur place. Est-ce bien sérieux ?


 

Quelques peintures en hommage à Vincent Van Gogh ...


 

... et cet improbable carillon à canettes de bière.


 

En fait, pour quelqu'un de passage, comme moi, la route semble être un sentier en terre. Rien n'est moins vrai. Il s'agit d'une voirie en bons et solides pavés. Lorsqu'il pleut, l'eau entraîne terre et cailloux, qui finissent par former une couche d'une certaine épaisseur, au point de dissimuler cette plaque des eaux (par exemple).

La photo de gauche montre ces résidus se jettant dans le flux qui ressortira par la sortie de l'égout rencontré un peu plus tôt.

Dans l'état actuel de la voirie, dieu seul sait ce que dissimule la couche de terre.


 

Sans parler des bâtiments, qui tels cette tour, finiront par tomber, tant ils sont dégradés. C'est à se demander à quoi servent certains conseillers communaux, qui pourraient utilement obtenir des fonds pour la réhabilitation du site. Voyez l'exemple du Grand-Hornu.


 

Et pourquoi réhabiliter ? Parce qu'il s'agit d'un lieu de mémoire, dans lequel des hommes ont souffert pour gagner le pain de leur famille, et pour 24 de ces hommes, l'ont payé de leur vie, laissant veuves et orphelins.

Voici les raisons pour lesquelles je demande à nos dirigeants de faire leur possible afin de rendre une vie à ce lieu chargé d'émotions, en lui trouvant une fonction qui en préservera la dignité.


 

Roger Harmand, porte-parole d'ACDC-Colfontaine.

Mise à jour le Mercredi, 17 Septembre 2014 22:55
 
Eglise de Petit-Wasmes, 6 septembre 2014 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Administrateur   
Samedi, 06 Septembre 2014 20:05

Eglise de Petit-Wasmes, lieu de culte en perdition

Jean-François Hubert et moi, sommes allés visiter l'église de Petit-Wasmes.

A cette occasion, nous avons constaté dans quel état de délabrement est laissé ce lieu de culte.

Nous avons rassemblé les photos figurant ci-dessous dans une vidéo HD








 

Enfin, un arbre pousse à la droite du bâtiment, vu de face, à hauteur du toit.

 

Roger Harmand, porte-parole d'ACDC-Colfontaine.

Mise à jour le Dimanche, 07 Septembre 2014 10:24
 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 22
Distributed by Gelono Templates